img_1944.jpg

Certaines scènes sont susceptibles de choquer le jeune public

Je me suis aperçue que j’avais du laisser mon porte document chez mon voisin et je suis passée chez lui vers 22H00, pour être sûre qu’il serait là. Il était en train de manger des mac nuggets en jouant à la playstation. Les cartons gras de la veille n’avaient pas bougé de place. Les CD non plus. La serviette de toilette était roulée en boule et semblait entre-temps avoir servi de serpillière à coca, à en juger par la cannette renversée qui avait été délicatement écartée du tapis. Heureusement ça n’avait pas coulé sur mes feuilles.

Robin m’a gentiment proposé de faire une partie de Brutal Fighting in L.A. J’ai dit pourquoi pas.
C’est assez violent comme jeu, Brutal Fighting, et c’est hyper réaliste. Robin m’a expliqué que quand la PS 3 sortirait ce serait encore mieux foutu, qu’on pourrait zoomer sur les fractures ouvertes et revoir les scènes de torture au ralenti.

Après avoir tiré deux balles dans la tête du guichetier de la banque, bâillonné un otage, et s’être tiré avec le magot, Vince, le héros du jeu, s’est crashé en hélico avant d’atterrir sur l’île de Nukunonu. Robin était dégoûté, parce qu’il était à deux doigts de finir le jeu et en plus un copain à lui a dit qu’une fois sur l’île de Nukunonu, on peut faire faire du strip-tease aux habitantes de l’île. Robin a sauvegardé sa partie. Il m’a dit que si je n’aimais pas les jeux violents il avait aussi Katamari Hamster et Karaoké Star.

A ce moment je me suis penchée pour ramasser ma pochette, parce que j’avais peur de l’oublier, et je me suis agrippée à son genou, pour pas perdre l’équilibre. Mais lui il a interprété ça d’une toute autre façon, et alors que je ne m’y attendais pas, mais pas du tout, il s’est mis à m’embrasser !

J’avoue que la suite a vraiment de quoi surprendre, c’est pourquoi je la raconterai plus tard, lorsque j’aurai repris un peu mes esprits…

Publicités