img_2155.jpg

Ce matin à 9H00 il y avait un attroupement autour d’Henri Duneton dans le hall des ascenseurs : une grande blonde qui faisait des moulinets avec ses bras, une autre blonde qui courait dans tous les sens, une troisième blonde qui ne parlait pas bien français, et un jeune homme un peu maigrichon qui tenait le sac de la blonde qui courait dans tous les sens. Parce que, finalement, hier soir, Henri s’est rendu compte qu’il faudrait faire appel à une agence de pub. Quatre personnes, qui à elles quatre, vont nous pondre quinze secondes de pur bonheur Le Beleux. « ça leur fait moins de quatre secondes par personne, mais quand même, je me demande si ils vont y arriver ! » s’est inquiétée Géraldine. Guy Le Beleux a quitté précipitamment sa villa de Trouville pour assister au tournage.

On a opté pour la formule second degré. On va recréer, au sein même de nos locaux, un plateau télé genre téléshopping, sur lequel un animateur vantera à une jeune novice les mérites du marteau électro-magnétique à moins de 8€ ! On n’a pas eu le plombier Polonais, mais presque : Pierre Bellemare ! C’est fou, non ? ça va être génial ! Pour donner la réplique à Pierre Bellemare, la boîte de pub a engagé une petite intermittente Thaïlandaise, celle qui joue dans la pub Nana String. Aline elle s’appelle. Elle était là à 9H00, mais pas Pierre Bellemare, parce qu’il avait dialyse. 

Hier soir j’étais un peu contrariée parce que Robin n’a pas bronché quand je lui ai dit que je partais en week-end à Feuqueville. En plus dans son lavabo j’ai retrouvé des longs cheveux bruns bouclés, qui ne sont pas du tout les miens vu que je suis blonde ! Là encore il n’a même pas levé les yeux du magazine qu’il était en train de lire, et s’est contenté d’un évasif « ouais, j’ai un pote qui a dormi à la maison. » je lui ai dit que si je le dérangeais, je pouvais partir, mais il m’a répondu que ça y est, il avait fini de lire l’article sur Guy Bark.

Et il m’a prise dans ses bras.

Advertisements