bureau.jpg

Le bureau d’Henri Duneton a été saccagé dans la nuit. On lui a volé son jeu de Mastermind, son Rubicube, et le livre que Pierre Bellemare lui avait dédicacé. Heureusement le tiroir réservé à ses photos de vacances était fermé à clé !
Catherine Jacquemin a fait venir un agent de police. Manuela s’est, elle aussi, immédiatement rendue sur les lieux. Elle a demandé à Henri si quelqu’un avait des raisons de lui en vouloir.

Les cambriolages, c’est traître. On n’est jamais au bout de ses mauvaises surprises. Par exemple il a fallu deux heures à Henri pour réaliser que son petit Milou en bronze n’était plus sur l’étagère. Ça l’a rendu complètement fou ! Il a vidé ses tiroirs un par un et recompté ses objets de collection. Il a passé le reste de la journée au téléphone à faire l’inventaire avec Dominique des figurines qu’il avait laissées à la maison, pour refaire la liste de celles qu’il gardait au bureau. Une seule manque à l’appel : un professeur Tournesol de 1962, une édition numérotée dont il ne reste plus que trois exemplaires en France. Autant dire d’une valeur inestimable pour les collectionneurs !

Manuela a dit que l’enquêteur perdait son temps à relever des empreintes. Elle a déjà commencé à établir le profil psychologique du voleur, et selon elle il s’agirait d’un proche.

Henri était très abattu. Manu lui a proposé de lui offrir ses figurines Bob l’Eponge pour le consoler, mais Henri, accablé, l’œil hagard, ne l’a même pas entendu.

Publicités