janvier 2007


img_8275.jpg

Hier Robin et moi avons frôlé la rupture.

Dans un couple il y a des règles à respecter. On avait convenu, quand il s’est mis à passer de plus en plus de temps chez moi, que nous serions tous les deux prêts à faire des concessions, voire nous remettre en question si cela était nécessaire.
C’est d’ailleurs Robin, qui, le premier, a affiché une forte volonté de s’investir.
On en a longuement discuté, chacun a donné son avis, et pour que les choses soient clairement établies, j’ai tout résumé sur un mémo que Robin peut consulter à tout moment.

Mémo pour Robin

Etape N°1: remplir la checklist                                 

                                      Mettre                         Mettre                Avoir consulté Doro
                                    de la lessive               du Minidoux         sur choix température
blanc                                OUI                               OUI                             OUI
couleurs                           OUI                               OUI                             OUI
Linge délicat de Doro    OUI                               OUI                             OUI
Linge de Robin                OUI                               OUI                             OUI
Draps et serviettes         OUI                               OUI                            OUI

Si et seulement si tu as répondu trois fois « OUI » passe à l’étape N°2.

Etape N°2 : fermer le tambour et appuyer sur « marche »
Etape N° 3 : lorsque la machine est terminée, étendre le linge.

 

Comme Robin paraissait sûr de lui j’ai allégé ces consignes au maximum. Hier il a décidé sans m’en parler qu’il n’avait plus besoin de la checklist. Il est passé directement à l’étape N°2. Il a donc fait tourner mes hauts fantaisie, mes strings et ma nuisette en soie à 90°, sans lessive et sans Minidoux, et n’a pas jugé bon d’étendre le tout, me laissant découvrir l’étendue des dégâts le soir en rentrant. J’étais horrifiée.
Mais ça m‘a ouvert les yeux.

Robin est comme tous les autres hommes, incapable de suivre la consigne la plus basique. Le plus grave c’est qu’il a été incapable de reconnaître sa faute, encore moins de s’excuser.
Quand je lui ai montré ce qu’était devenu mon magnifique haut bleu à paillettes dorées tout ce qu’il a trouvé à dire c’est :
« C’est bizarre comment elles ont fondu les paillettes, c’est dégueu, on dirait du caca ! »

Alors je ne voudrais pas prendre de décision hâtive, bien sûr, parce que je suis encore sous le choc, mais ce qui est sûr c’est qu’il va falloir que ça change.

Publicités

img_8255.jpg

Valérie a inscrit Kevin à Maxicours.com.
Devant notre étonnement, elle s’est expliquée en soutenant que s’il arrive à son fils d’être un peu turbulent, c’est tout simplement parce qu’il est surdoué. D’ailleurs ça se voit qu’il est surdoué parce qu’il est capable de réciter la pub Miel Pops sans se tromper. De plus il affiche un goût précoce pour les arts picturaux et le travail de la matière. Il ne s’endort jamais sans sa boule de patafix.

Avec Géraldine on a essayé mettre Valérie en garde sur les compétences parfois douteuses des intervenants à domicile. Aristide donnait fréquemment des cours particuliers durant ses années d’étude et peut en témoigner.
Il en a connu des étudiants, qui, profitant de l’absence des parents, fouillaient les placards à la recherche d’un mini-snickers, ou ne se privait pas d’un petit pot de danette pourvu que son absence ne se fasse pas trop remarquée dans le frigo!

Il y en a à la pelle, des exemples de pseudo-tuteurs qui filaient suffisamment d’exercices à faire à leur élève pour se donner le temps de suivre en entier l’épisode de Dawson ou Sauvé par le Gong.
Sauf Aristide, bien sûr, qui s’intéressait pour de vrai à la réussite de ses élèves et restait 30mn supplémentaires (ou repassait le samedi) pour faire un compte-rendu détaillé aux parents.

J’allais en profiter pour demander à Géraldine, c’est quoi, exactement, qu’il fait Aristide dans la vie, quand Manu est venu nous interrompre.

Il nous a apporté des nouvelles de Gérald !

C’est vrai ça, qu’est-ce qu’il devient, Gérald ?
Et bien il paraît qu’il est intermittent du spectacle ! Sa mésaventure chez Le Beleux lui aura permis de découvrir sa vraie voie.
Il prend des cours de diction et de chant.
Sur les conseils de son agent il s’est relooké et porte des talonnettes.

On n’imagine pas le travail que ça représente, intermittent du spectacle. Gérald ne s’est pas inscrit dans une école, parce qu’il préfère travailler seul à la maison.
Travail sur le regard, l’affirmation de soi, avec des vidéo de Justin Timberlake .
Travail sur le physique (il n’avait pas trop le choix): Gérald se tape deux heures par jour de vélo elliptique, il paraît que toutes les stars en ont un. Heureusement Manu lui en a trouvé un pas cher qui était en parfait état.
Travail sur les textes classiques. Heureusement aujourd’hui c’est facile et ça coûte pas cher de trouver l’intégrale des textes de Lionel Florence sur internet.
Travail sur l’identité enfin. L’agent de Gérald lui a conseillé de prendre un nom de scène et de s’inventer une enfance un peu plus Rock’n’Roll que celle qu’il a vécue dans la Creuse. Mais maintenant il paraît qu’il y a des consultants spécialisés qui font ça très bien.
Gérald enchaîne donc les castings et les auditions. Et en attendant, les soirs de semaine, il s’est trouvé un petit boulot de barman chez Michou.
Quand on y repense, c’est pas étonnant qu’il soit devenu artiste. Sans parler de la ressemblance physique il imitait super bien Stéphane Collaro.

Comme quoi le destin…

img_8254.jpg

En ce moment Valérie héberge sa nièce de 8 ans, Doris.La petite Doris a une excellente influence sur Kevin, semble-t-il. Et puis le soir, Valérie est tranquille, parce que la petite se coltine les histoires de Dora à sa place, alors elle a pu avancer dans son repassage !Doris a même écrit une histoire spécialement pour Kevin. Elle s’intitule : « Le secret perdu ». Valérie nous l’a lue et nous avons toutes été saisies par la précoce maturité de la petite fille. C’est sûr, un avenir prometteur s’ouvre à elle ! Pour rendre hommage à cette artiste en herbe, j’ai choisi de recopier son texte tel qu’il nous a été livré. J’ai juste corrigé les fautes d’orthographe.

—————–

« Le secret perdu » par Doris – 8 ans

Jadis vivait une vieille très vieille femme qui possédait un secret que tout le monde voulait savoir. Mais elle n’en disait rien. Les gens avaient peur qu’elle oublie son secret et lui offraient tout les prix pour connaître un secret qui paraissait magique. Un jour elle dit seulement que c’était une secret de ses ancêtres : les Incas. Maintenant les gens du village étaient traumatisés. Les bergers se faisaient passer pour les incas.
La vieille femme avait une nièce qui était mariée. Celle-ci disait :
 « s’il te plaît dit-le moi ce fameux secret je ne le dirai à personne. »
Mais elle mentait : une fois qu’elle saurait le secret elle le dirait à tout le monde. Mais la femme se méfiait et ne disait toujours rien à propos du secret des incas.
Certains villageois croyaient qu’elle était sourde. Certains même ne savaient pas qu’elle avait un secret mais ils le savaient grâce aux affiches.
Ce jour-là, devant la porte de la vieille femme il y avait une foule de gens qui lui offraient des cadeaux en échange du secret perdu des incas. Ce secret était perdu car il venait d’il y a très longtemps. Alors un jour on comprit qu’elle était sourde mais qu’elle savait parler. Les gens du village commençaient à se fâcher. Et certains voulaient lui donner une correction. Mais ils savaient que si il lui donnerait une correction ce ne serait pas comme ça qu’ils sauraient le secret. La vieille femme était une descendante (très âgée) des incas. C’était ça son secret ! Les gens du village croyaient bien sûr qu’il s’agissait d’un secret sur « l’or ». Comme  tous leurs secrets à eux. La vieille femme ne voulait pas dire son secret de peur de décevoir les gens du village. Pour elle, c’était un secret merveilleux car elle était la seule à être une incas. Et pourtant, elle était triste d’avoir perdu toute sa famille, triste d’avoir cent dix-sept ans, triste d’être la seule incas qui puisse exister dans ce monde.
Un jour enfin, elle fit réunir tous les gens du village sur la place du marché. Et leur dit :
 « mes amis, vous allez être très vexés de savoir mon secret car il ne fait plaisir qu’à moi »
 « dîtes le quand même ! Dîtes le quand même ! » Répétaient les gens du village.
Alors elle fut obligée de dire son secret qui était perdu ce jour-là ! Les gens du village furent très très vexé.
 « Je vous avais prévenus » dit la vieille qui s’en alla aussitôt.
Maintenant les gens du village ne cherchent plus à savoir un secret qui ne leur appartient pas.
Mais un jour la nièce de la vieille femme arriva.
 «  Tu as vu ce que tu as fait aux gens du village, dit-elle, tu les as mis dans un triste état ». Et elle s’en alla.
La vieille femme pensa le contraire. Elle se dit :
« C’est vrai, bien fait pour eux, ils y tenaient tant à « mon » secret, tient ce n’était pas leur secret. Et puis c’est très bien comme ça. Ce n’est pas ma nièce qui me commanderait. »
Mais après ces mots elle se sentit très mal. Elle avait mal de la tête jusqu’aux pieds. Elle appela un docteur mais le docteur ne savait pas quelle maladie elle avait. Du moins, il venait du village et faisait le moins possible pour soigner la pauvre vieille femme car il était très vexé par le secret de vieille femme. Il fit payer deux fois plus cher la dame car il n’était pas content à propos du secret perdu des incas. Un jour pourtant la vieille femme alla se coucher le soir, mais elle ne se réveilla pas, et oui les incas n’existait plus du tout car c’était la dernière incas et elle était morte comme son secret qui était perdu à tout jamais. Les gens du village furent tristes et ils ne l’oublièrent jamais surtout la nièce qui passait son temps à pleurer.
Voilà, c’est sur ce ton que se termine mon histoire et à l’avenir dans ce monde il n’y aura plus jamais que les os d’une femme (très vieille) incas.

—————–

C’est un peu long me direz-vous mais enfin ! Harcèlement moral, propagande, organisation politique, manipulation par les notables, cupidité des plus forts, solitude et dénuement du plus faible, tous les ingrédients du complot sont là ! Et tout ça dans un contexte psychologique extrêmement développé. Par une petite fille de huit ans je vous le rappelle. Qui a très bien compris comment fonctionne la société actuelle et qui, dans cette parabole, dénonce  avec beaucoup de discernement la lente descente aux enfers de toute personne démunie, qui, parce qu’elle ne veut pas se conformer aux règles, meurt sous le regard désabusé de ses détracteurs.
En plus c’est très bien écrit. On retrouve à la fois les ficelles d’un conte de fées classique et celles d’un bon polar.
C’est sûr elle finira soit philosophe soit femme politique ou les deux.